Ils nous parlent…vraiment ?

Le titre m’a tout de suite intéressé. Je lisais le bulletin d’information de la municipalité où je demeure depuis une dizaine d’années, sur la rive-sud de Montréal, et parmi les conférences organisées à la bibliothèque,  j’ai repéré : « Ils nous parlent… Les entendons-nous ? ». Je me suis dit : « Tiens, certainement une conférence sur la communication interpersonnelle. Intéressant ! ». Mais le descriptif du sujet de la conférence devait me faire changer d’avis. Le voici :

Savez-vous que la majorité des gens reçoivent un signe d’un être cher après sa mort ? Quels sont les signes qu’ils nous envoient ? Comment pouvons-nous les entendre et surtout en saisir le sens ? Pourquoi les défunts ont-ils besoin de nous parler et que veulent-ils nous dire ?

En compagnie de S. X., auteur de livre à succès sur la communication avec l’au-delà et la connaissance de soi, venez découvrir quels sont les besoins des âmes et comment les aider et les soutenir dans la traversée des différents passages de la vie.

Vous l’avez compris, il s’agit bien de communication, mais de communication avec l’au-delà, avec les esprits des morts !!


Après réflexion et prière, j’ai décidé d’écrire une lettre au maire de ma ville pour lui exprimer ma surprise qu’une municipalité, à priori tenue à la neutralité en matière religieuse et spirituelle, se permette d’organiser une telle conférence. Je lui ai demandé d’annuler la conférence et de proposer au conférencier d’utiliser des moyens privés pour faire la promotion de ses idées. J’attends une réponse… si elle vient un jour.

Mais par delà la question de principe, c’est le sujet lui-même qui m’amène aujourd’hui à écrire ce billet. La mort est toujours une déchirure, lorsqu’elle frappe les êtres qu’on aime. Rien n’est plus naturel que de vouloir prolonger le contact avec eux,  au-delà de leur disparition. Mais est-ce possible ?

Pour répondre à une question aussi importante, il nous faut un point de repère solide, qui ne peut venir que de notre Créateur, lui qui sait mieux que quiconque qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons. C’est dans la Bible que je trouve les réponses dont j’ai besoin. Je les partage brièvement avec vous.

Que devenons-nous lorsque nous mourrons ?

Quand elle parle de la mort, la Bible est très claire. Dès le départ, dès le livre de la Genèse : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans le sol, d’où tu as été pris. Car tu es poussière et tu retourneras à la poussière. » (Genèse 3:19).

Dites-moi, avant que Dieu ne forme Adam de la poussière du sol et ne souffle en lui la vie (Genèse 2:7), qu’était Adam ? Rien. Néant. Seulement un projet dans la pensée de Dieu. Ainsi, la Genèse nous dit clairement qu’à la mort, nous disparaissons (sauf dans la mémoire de Dieu, nous y reviendrons).

Vous trouvez choquant que la Bible, un livre religieux, spirituel, parle de la mort comme la fin de la vie ? Vous pensez qu’un livre de foi et d’espérance doit forcément envisager une survie de l’âme ou de l’esprit humain après la mort ? Vous vous dites que ce texte de la Genèse ne peut qu’être un texte isolé, destiné à marquer la gravité du péché de l’homme ? Alors, lisez les déclarations suivantes :

« Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront; mais les morts ne savent rien… Leur amour, leur haine et leur jalousie ont déjà péri et ils n’auront plus jamais aucune part à tout ce qui se fait sous le soleil… Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le; car il n’y a ni activité, ni raison, ni science, ni sagesse dans le séjour des morts où tu vas. » (Ecclésiaste 9:5,6,10)

« Ce ne sont pas les morts qui louent l’Éternel, ni aucun de ceux qui descendent dans le lieu du silence. » (Psaume 115:17)

« Car ce n’est pas le séjour des morts qui te célébrera, ce n’est pas la mort qui te louera. Ceux qui sont descendus dans la fosse ne s’attendent plus à ta fidélité. » (Ésaïe 38:18)

On pourrait multiplier les citations.

Il est clair que d’après la Bible, les morts n’ont plus d’existence consciente, plus de pensée ou d’action. Selon l’image biblique, ils « dorment » (Job 3:11-13 ; Daniel 12:1,2 ; Jean 11:11-14 ; 1 Thessaloniciens 4:13), d’un sommeil sans rêve.

Mais alors, ils ne peuvent pas communiquer avec les vivants ! Qu’en est-il donc de ces prétendues communications avec l’au-delà, avec les esprits des défunts ?

Une communication avec les morts ?

Une réponse facile à cette question serait de dire que les histoires d’esprits qui parlent aux vivants ne sont que des supercheries, des illusions pour gens crédules. Et il est vrai que bien des prétendues conversations avec les morts ne sont que des illusions entretenues par des charlatans.

Mais une étude honnête du sujet et un certain nombre d’expériences vécues par des personnes dignes de foi – certaines très proches de moi – m’obligent à admettre qu’il y a bel et bien des circonstances où des « esprits » s’expriment lors de séances de spiritisme ou de médiumnité. J’ai connu des personnes qui m’ont dit avoir parlé avec un esprit qui, selon eux, ne pouvait être que celui de l’être aimé décédé, parce qu’il avait révélé des secrets que personne d’autre ne connaissait… Troublant, n’est-ce pas ?

Là encore, nous avons besoin de la Bible pour y voir clair.

D’abord, un avertissement : « Qu’on ne trouve chez toi personne qui…se livre à la divination, qui tire des présages, qui ait recours à des techniques occultes ou à la sorcellerie, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou prédisent l’avenir, personne qui interroge les morts. En effet, quiconque se livre à ces pratiques est en horreur à l’Éternel. » (Deutéronome 18:10-12).

Dieu nous dit que chercher à parler avec les morts est un acte horrible à ses yeux. Pourquoi ? Parce que c’est nier la réalité de la mort et donc se placer sur le terrain du mensonge. Sur le terrain du grand Menteur, qui disait à Ève : « Vous ne mourrez pas du tout. Mais Dieu sait que vos yeux s’ouvriront… » (Genèse 3:4,5). L’Ennemi de Dieu, que la Bible appelle aussi le diable et Satan, continue à susurrer à notre oreille : « Vous ne mourrez pas. En fait, vous êtes immortels, votre âme survit et s’en va dans un autre monde. »

Et pour appuyer ce mensonge, le grand Séducteur et tous les esprits du mal qui sont avec lui n’hésitent pas à se manifester, à parler comme s’ils étaient des défunts. Quoi de plus facile pour eux que d’imiter une voix, ou de révéler un secret de famille ? Le tour est joué. On est persuadé de parler à un être cher, alors qu’on communique avec un esprit mauvais. Voilà pourquoi Dieu nous avertit de ne jamais nous placer sur ce terrain. Voilà pourquoi c’est une horreur aux yeux de Dieu que de tenter de communiquer avec le monde des morts.

La Bible a bien raison quand elle nous dit que « Satan lui-même se déguise en ange de lumière. » (2 Corinthiens 11:14). Pour mieux nous séduire, pour mieux nous égarer et nous détourner du message du Christ et de la Bible.

J’ai parmi mes proches, parmi mes amis et les membres de ma famille, des personnes qui ont plongé dans le spiritisme et en ont connu les conséquences néfastes. Je ne me moque pas de ces manifestations. Je sais qu’elles sont réelles, mais je sais aussi d’où elles viennent.

Quelle est la véritable source d’espérance ?

Résumons-nous.

La Bible dit que la mort, conséquence du mal qui règne sur notre terre, est une ennemie (1 Corinthiens 15:26). Elle est vraiment la fin de la vie. Aucune forme de survie n’a lieu immédiatement après notre décès. Les morts dorment.

La Bible nous révèle aussi, en toute logique, que nous ne pouvons communiquer avec les morts (ils sont dans l’inconscience), mais que si nous cherchons à le faire, nous serons susceptibles d’être en contact avec des esprits du mal cherchant à nous détourner de Dieu. D’où le commandement divin : « N’y touchez pas ! ».

Mais Dieu est le Dieu de l’espérance et le message biblique nous le révèle. Pour tous ceux qui auront été attentifs à l’appel de Dieu, la mort n’aura pas le dernier mot. Voici la vraie raison d’espérer :

  1. Chaque être humain demeure présent dans la mémoire de Dieu. C’est la raison pour laquelle, le brigand repentant crucifié aux côtés de Jésus lui a demandé : « Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne » (Luc 23:42). Toute notre personnalité, notre histoire, nos choix, tout est là, dans la prodigieuse mémoire de notre Créateur. Bien à l’abri dans cette mémoire, nous attendons l’heure où la vie nous sera redonnée.
  2. Si la mort est un « sommeil », cela signifie qu’il y a un « réveil » possible. Ce réveil, la Bible l’appelle la Résurrection finale, lorsque le Christ reviendra avec gloire et puissance :« Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière du sol se réveilleront » (Daniel 12:2) ; « car le Seigneur lui-même, à un signal donné… descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront en premier lieu. » (1 Thessaloniciens 4:16). Ce jour-là, nous recevrons un corps nouveau, plein de vie pour toujours, et nous vivrons enfin dans le monde de justice et d’amour auquel nous aspirons.
  3. Il est possible, dès aujourd’hui, de recevoir l’assurance de vivre éternellement avec Dieu et avec tous ses enfants : « Voici la volonté de mon Père : que quiconque voit le Fils (Jésus) et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6:40).

Nous ne sommes nullement immortels par nature, mais Dieu désire plus que tout nous avoir avec lui dans son Royaume éternel. Ne nous laissons pas séduire et égarer par les faux espoirs du spiritisme et de l’occultisme. Mais confions notre vie au Dieu Créateur et à Jésus-Christ, notre Sauveur.  C’est le seul chemin de vie au-delà de la mort.

A propos de l'auteur

Un commentaire

  • palmiste

    les morts n’ont plus d’existente consciente, la bible le déclare. j’en suis convaincue.
    mais pouvez-vous m’aider à comprendre la parabole de LC 16 : l’homme riche et Lazare.
    je vous remercie.
    bon shabbat.

    • 06:18 - 19/08/2017

Laisser une réponse